Avertir le modérateur

04/05/2007

Reprenons les Rolling Stones

Voilà une des reprises les plus originales que j'ai pu entendre du mythique "Satisfaction" des Rolling Stones.

Et c'est Devo qui s'y colle, un bien sympathique groupe américain de la fin 70's, loufoque et déjanté à souhait. Voilà l'un des prémices de la musique white-funk, post-punk ou je-ne-sais-quoi, qu'on re-découvre aujourd'hui à travers le rock indé anglais.

02/05/2007

Cold War Kids : chaud le Trabendo !

Grosse baffe au Trabendo hier soir, avec Cold War Kids, qui a soufflé un vent moite et chaud sur Paris.

medium_060406twogallants58.jpgPremier live de ce groupe pour moi, après avoir été enthousiasmé comme beaucoup par leur disque Robbers & Cowards. Et quel concert ! Honnêtement, je le mets direct à la place d'honneur de mes coups de coeur 2007, tant le combo californien a su transcender sa musique. En place dès le titre d'ouverture, le groupe de Fullerton ne lâchera jamais prise, prouvant à chaque morceau leur savoir-faire musical. Musiciens parfaitement accomplis, les quatre Californiens apportent une folie extraordinaire à leurs titres live, avec un magnifique "We Used To Vacation" exploré avec finesse. Délicatesse et puissance semblent être leur cocktail de prédilection, comme le prouvera un "Saint John" exécuté sur le fil du rasoir, le long de rythmiques tranchantes dont ils ont le secret.

En cadeau au public parisien, Cold Wart Kids a balancé deux inédits. Je ne parlerai que du premier qui doit s'appeler "Everybody's A Lick" (corrigez-moi si je me trompe), parfait mélange blues-soul qui prend aux tripes et qui devrait logiquement faire parler de lui à l'avenir. Le deuxième morceau était plus folk et m'a moins marqué. Après un bref interlude, Cold War Kids est venu clôre en fanfare ce qu'il avait commencé, fermant son set par un "Quiet Please" d'anthologie.

www.myspace.com/coldwarkids

Pour découvrir le groupe live :

30/04/2007

Soirée Maroquinerie : Stuck In The Sound

Vu vendredi soir à la Maroquinerie : Stuck In The Sound !

medium_stuckinthesound-300_450.jpgAprès les avoir découverts pour la première fois au Glaz'Art, nous sommes retournés apprécier tout le talent des Français de Stuck In The Sound à la Maroquinerie de Paris : niveau ambiance, aucun souci si ce n'est une moyenne d'âge qui nous donne l'impression d'avoir dépassé la date limite de péremption.

Avec une chaleur qui n'a cessé de monter (elle est aux normes cette salle ?), il faut avouer qu'on a guère été déçu des performances. En première partie, on a pu se délecter de Rodeo Massacre, qui a assuré un set furieusement rock'n'roll, emmené par une chanteuse qui a du collectionner les posters d'Iggy Pop dans sa chambre. Ensuite, Hey Hey My My s'est occupé de la transition avec bonne humeur, même si je suis moins convaincu par leur musique, question de goût.

Heureusement, avec Stuck In The Sound, pas de problème de ce genre. Ormis un son qu'on qualifiera de moins percutant qu'au Glaz'Art, le groupe est toujours aussi bon. Un peu dommage que la bombe "Toyboy" soit expédiée dès le troisième titre, mais on se consolera avec un inédit au deuxième rappel : "Fairy Tale", encore un peu brouillon, "ça va encore sûrement changer" prévient le chanteur José. Qu'importe ! C'était un très bon concert, et peu de groupes peuvent se targuer d'envoyer le bois à ce point. Coincés avec Stuck In The Sound par 45°c, une certaine idée du bonheur...

27/04/2007

Arctic Monkeys vol.2

Le voilà enfin ce deuxième disque des Arctic Monkeys !

medium_2404_20CD_20Arctic_20Monkeys.jpgAprès leur révélation explosive il y a même pas deux ans, les Anglais avaient su imposer par la simple force de leur talent (et un gros coup de bol) The View From The Afternoon, un premier album hallucinant de maturité. Avec Favorite Worst Nightmare, les Singes du rock proposent un contenu peut-être un poil moins pêchu, néanmoins contredit grâce à la bombe "Brianstorm", première pépite survitaminée du disque. Si la suite ne pourra jamais retrouver le ton ultra dynamique de ce titre d'ouverture, reconnaissons néanmoins que le groupe continue d'offrir de beaux morceaux : "Teddy Picker" ou "Fluorescent Adolescent" sonnent parfaitement justes, même si on a la vague impression d'entendre une formule qu'on répète un peu. Le chanteur Alex Turner reste heureusement un excellent chanteur doublé d'un très bon parolier, et fais vivre les compositions de la façon la plus naturelle qui soit.

En bref, dommage que la barre est été placée si haute avec "Brianstorm", premier single dévastateur, car Arctic Monkeys peine ensuite à faire prendre la sauce. Il faut attendre le dixième titre, "The Bad Thing", pour que le tempo s'emballe à nouveau et nous face baver devant leur talent si précoce.

www.myspace.com/arcticmonkeys

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu