Avertir le modérateur

22/03/2007

Libération... de la pensée

Juste pour rigoler, voilà la critique de Libé de 300.

À lire

Le gars y voit direct une justification de toute la géopolitique de ces cinq dernières années, traite tout le monde de faschos réac' et insulte la direction artistique du film sans aucun discernement ni sens de la mesure critique. J'aime bien ce canard et aussi m'énerver contre, mais là on touche au débordement de haine le plus primaire qui soit.

Oui, le film est violent, oui, son propos glorifie la guerre à outrance, mais le journaliste ciné aurait du se renseigner sur la BD avant. Ou peut-être simplement la lire, il aurait compris le message de Miller, aurait su analyser les tenants et les aboutissants, et surtout faire la part des choses (comme Miller le fait aussi, même si l'on est convaincu de sa pensée conservatrice). Parce que dire de cette adaptation qu'elle légitime l'actuelle guerre en Irak, c'est quand même lourdement oublier que le comic a été écrit  en 1998. Soit bien avant les attentats de 2001.

D'ailleurs, le gars se fait descendre dans les commentaires. 

27/02/2007

Le chiffre du jour

Dans assez peu de temps (le 21 mars prochain pour être précis) les amateurs d’épopée épique, de virilité musculeuse et de barbarie visuelle devraient être aux anges : 300, l’adaptation éponyme de la BD sanguine de Frank Miller viendra bousculer un début d’année encore tiédasse en bidoche nerveuse. Autant le dire tout net, j’ai un peu débarqué après la guerre sur le coup. Ayant découvert tardivement la bête, il est de mon devoir (si) de partager la fulgurante éruption de joie qui m’a envahi à la lecture de cette bande dessinée d’anthologie.

medium_300_cover.2.jpg

Car l’impatience boue en moi telle l’huile sur le feu. Au vu des premières images (cf. un poil plus bas, mais lisez-moi en entier d’abord), le film a l’air de respecter fidèlement la violence iconique de l’illustré, reprenant ses cadrages secs et paroxystiques (ouille). Nous devrions donc avoir affaire à un film d’hommes, mais pas n’importe lesquels : 300 guerriers spartiates, résolus à défendre jusqu’au drame leurs terres contre l’envahisseur perse. Pensez donc : nous sommes en moins quelque chose avant J(ean)-C(laude), les Spartiates sont retranchés dans les Thermopyles (un conduit de quelques mètres de large) et attendent l’armée de Xerxès, des milliers d’assaillants résolus à les exterminer. Menés par le roi Léonidas, les irréductibles résisteront jusqu’au dernier d’entre-eux.

Du viril, du beau, de l’action et du tragique, voilà le cocktail explosif d’un film coup de poing. Réalisé par Zack Snyder à qui l’on doit L’armée des morts, le remake déterminé du « Zombie » de Romero, 300 devrait explorer une voie similaire, en tout cas conforme à la BD. Mais loin de pratiquer le copier/coller comme sur Sin City, Snyder semble avoir voulu explorer davantage de pistes, le comic de base étant de toute façon relativement court. Bref, je sais pas vous, mais ma testostérone vient de grimper d’un cran.

15:45 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, 300, frank, miller, sparte

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu